• J’aimerais tellement pousser ma douleur du haut d’une falaise,

    Et la voir s’éclater comme une fragile genèse,

    J’ai tellement mal à cet instant où je couche ces mots,

    Confrontation incessante avec mon alter ego.

     

    C’est donc avec toi que j’apprends ce que c’est d’aimer,

    Un sentiment sorti de l’inconnu que j’essayais d’éviter,

    Un panel de sensations assimilé à une grande claque,

    Mes yeux sont embués, mon esprit opaque.

     

    Aimer l’inaccessible, quête impossible du Graal,

    Je ne veux pas que tu deviennes un souvenir qui fait mal,

    Mes doutes m’oppressent et te blessent,

    Réflexe de la rue, méfiance toujours en laisse.

     

    Je ne veux pas te perdre en vérité,

    Tes messages rallument une fragile sérénité,

    Nos instants partagés m’aident à ne pas chavirer,

    Quand tout me donne envie de chialer.

     

    Tu es arrivée dans ma vie, brise glaciale,

    Transformée en caresse amicale,

    J’ai voulu rejeter cette affection sentimentale,

    Un attachement à l’issue fatale.

     

    Parfois jalouse et possessive en amitié,

    L’amour n’est jamais loin, nuancé,

    Mais où donc s’arrête cette ambiguë frontière,

    Sur laquelle je marche sans œillères.

     

    Peur d’être une nouvelle fois abandonnée,

    Même dans l’ignorance la plus totale,

    Les manques sont solidement ancrés,

    Enveloppe d’un cœur de cristal.

     

    On va bien ensemble je trouve,

    L’impétueux du move et la zénitude du groove,

    Un mix qui joue de souplesse,

    Même lorsqu’on n’est pas dans la même pièce.

     

    Je te joue ma musique,

    Celle d’un esprit excentrique,

    Qui adoucit mon esprit critique,

    Voyage dans mon univers onirique.

     

    Tu es belle par ta façon de penser,

    Tu es belle par les étincelles dans tes yeux,

    Lorsque par la passion tu es animée,

    Jamais ne s’éteint ton cœur en feu.

     

    J’ai confiance en toi, résultat d’un dur labeur intérieur,

    J’ai confiance en tes pensées, sésame ouvre-toi,

    J’ai besoin de ton regard pour avoir plus de profondeur,

    Tu peux comprendre ça ?

     

    Une liste de vers sans queue ni tête,

    Qui ne sont pas dignes d’un esthète,

    Mais pour une handicapée des sentiments,

    Ça vaut tous les vers des plus grands.

     

    © Little Shadow


    1 commentaire
  • Je suis littéralement tombée sous le charme de ce titre, dont je trouve la musique envoûtante. La chanteuse a une voix agréable, un vrai coup de cœur, avec un clip tout en douceur.

    Paroles : 

    Some keep a diary
    Seems like a fantasy
    But it may require some love and desire
    It's something to cover me
    There's never a guarantee
    That loving is so easy
    Some may define it as sugar and brownies
    But sour just as lime is

    Refrain : 

    Uh na na na
    Uh na na na
    Uh na na na
    Uh na na na

    Son of the ocean breeze
    Somewhere you promised me
    A love like a fire, no fears, no denial
    Just something to gladden me
    I feel electricity
    Your lighting is guiding me
    I fear that I like it
    No place we can hide it
    So hard not to find it

    (Refrain)


    votre commentaire
  • Dans les couleurs pastel du printemps qui renaît,

    Sur le sable de mer où les châteaux se forment,

    Dans le roux de l’automne, sur les chemins jonchés,

    Le soleil dans l’été, les feuilles vertes dans les ormes,

    Et quand la neige en haut des cimes, nous émerveille,

    Nous inonde d’une lueur vermeil,

    Ma pensée, chaque fois, s’envole un peu vers toi.

    Ai-je eu raison ou tort dans le choix que j’ai fait ?

    J’ai beaucoup de remords, perles de larmes écoulées,

    Ton petit cœur trop souvent malmené,

    Cependant des bribes de bonheur ancrées et encrées,

    Çà et là dans un coin de nos âmes meurtries,

    Qu’il est toujours possible de transformer en nid douillet.

     

    J’ai la liberté de choix entre mes mains,

    Si je pouvais savoir comment je vais agir…

    J’aimerais que tu restes à veiller sur ma vie ;

    Je te demande conseil, jugement de mon destin,

    Toujours à faire des bêtises… Sauvetage vain…

    Je tombe dans mon propre piège, ma toile de mortelle fusion,

    Je te dis « Aide-moi » mais je ne veux pas que tu m’entendes,

    Sempiternelle rengaine qui nous met à l’amende.

    Si tu me reprends par la main, auras-tu assez de courage

    Pour m’emmener sur les bancs de l’école des sages ?

    Accepteras-tu de me montrer le chemin,

    Dans l’heure qui est présente,

    Dans celle qui va venir,

    Dans la minute absente où mon esprit délire,

    Dans la seconde après et celle d’avant…

     

    © Little Shadow


    2 commentaires
  • Si vous venez faire un tour dans la Vienne, et de plus pour faire de la randonnée, je vous conseille ce sentier. Il permet de découvrir un des plus beaux villages de France (Angles-sur-l'Anglin), avec les ruines de son château féodal, et les rives sauvages de la Gartempe et de l'Anglin. Vous aurez la chance de voir deux anciens moulins à eau, et l'arrière du château des Cottets.

    A la rencontre de l'Anglin et de la GartempeA la rencontre de l'Anglin et de la Gartempe

     

     

    A la rencontre de l'Anglin et de la GartempeA la rencontre de l'Anglin et de la Gartempe

     

     

    © Little Shadow


    votre commentaire
  • Leur dernier titre est vraiment génial, et est porteur d'un message très positif. Peu importe ton physique et tes rondeurs, le principal est de s'aimer et de faire abstraction des remarques désobligeantes des autres. Il y a toujours quelqu'un qui t'aimera pour ce que tu es, et c'est pour cela que tu vis, il est là ton leitmotiv.

    © Little Shadow


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires