• Ça vous dit que je vous emmène en voyage,

    Dans ce que beaucoup appellent les bas étages,

    Un univers et une mentalité en apparence différents,

    Mais méfions-nous des faux semblants.

     

    Racaille ne rime pas avec cité,

    Juste des vies écorchées,

    Recherche d’une nouvelle famille,

    Qui nous donne de nouvelles billes.

     

    Un peu bancale, mais beaucoup de valeurs,

    Respect, loyauté, entraide, honneur,

    Tirer ses semblables vers le haut,

    Avec l’ambition de laisser les maux sur le carreau.

     

    Confiance parfois malmenée,

    Doutes présents en permanence,

    On ne peut s’empêcher d’y retourner,

    On ne peut feindre l’indifférence.

     

    On a le flaire pour s’entourer,

    Dans nos relations, on est entier,

    On donne de notre personne,

    Et je comprends que ça vous déraisonne.

     

    Toute attaque devient collégiale,

    D’où une protection globale,

    Vous voyez ça comme de la surenchère,

    Protéger les siens comme si c’était notre chair.

     

    La famille, ce n’est pas forcément les liens du sang,

    Des membres qui vont, qui viennent,

    Qui s’installent dans notre méridienne,

    Qui marquent notre vie au feutre permanent.

     

    Tout mélange des genres a du bon,

    Tout est question d’acceptation,

    Enrichissement personnel d’abord,

    Plus précieux que le cours de l’or.

     

    Mes soldats et moi-même,

    A notre manière on vous aime,

    Mais promis, toujours discrets on saura se faire.

    Ainsi fusionnent parfois nos univers,

    D’où de belles amitiés peuvent naître.

     

    © LittleShadow


    votre commentaire
  • Se projeter... Nouveau mot dans le vocabulaire,

    Moi qui vis au jour le jour, instinct primaire,

    Le futur c'est cette aprèm et pas demain,

    Comment fait-on pour voir encore plus loin ?

     

    Tout le monde a des rêves improbables,

    Éphémères comme un château de sable,

    Ceux avec beaucoup de zéros et d'euros,

    Restent toujours dans un coin de notre cerveau.

     

    L'avenir est un flou artistique,

    Depuis le lycée, il en est ainsi,

    Choix de ce qui est tendance,

    Histoire de se fondre dans la masse.

     

    Dans un esprit amphétaminé,

    On voit les choses en grand

    Dans un périmètre de sécurité,

    Mais en fait on est aux abonnés absents.

     

    Le brouillard commence à se dissiper,

    A l'horizon, encore rien de dessiné,

    Mon crayon s'essaie à quelques esquisses,

    Mais la gomme, fatalement, s'immisce.

     

    Entre des pages à moitié tournées,

    Des deuils enfouis tels des épaves à l'abandon,

    Je surnage dans cet univers pollué,

    Pour le brûler, mon encre devient tison.

     

    Le feu de la passion jamais complètement éteint,

    Simplement terni par des fumées délétères,

    Un avant-goût de veillée funéraire,

    Qu'une légère brise pousse vers le déclin.

     

    © LittleShadow


    votre commentaire
  • Il y a des gens foncièrement mauvais,

    Leur accorder le pardon est un acte erroné ;

    D'autres font ressortir ce côté,

    Dans un engrenage psychologique ils sont prisonniers.

     

    Enquête sur le passé perdue d'avance,

    Quête basée sur la vengeance,

    L'aveuglement du désespoir,

    L'espoir vain de sortir du noir.

     

    Le jeu de sortir des sentiers battus,

    Le classicisme, on s'assoit dessus,

    On se la joue à l'agence tous risques,

    Pour de meilleurs lendemains par ici.

     

    On se comprend, on tolère,

    Le vide d'un bout de vie sans père,

    Repères façonnés à notre manière,

    Sentiments perfusés par cathéter.

     

    Confiance mutuelle sur cette piste

    Jonchée de mines, on joue l'équilibriste,

    Sourires dans la même direction,

    Celle de nouvelles projections.

     

    © Little Shadow


    votre commentaire
  • Un p'tit nouveau


    votre commentaire
  • Premier noir et blanc 2019


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires