• Poésie de mes états d'âme

    Des coups, toujours des coups... La vie peut parfois sembler si injuste. On encaisse, car nous n'avons pas d'autres choix. Parfois on se débat, mais la lutte est inégale. Pour se soulager, on choisit des chemins détournés qui nous enfoncent encore davantage. L'isolement et l'exclusion deviennent nos compagnons de route. La mort devient notre but. Lorsqu'une main sincère se tend, il ne faut pas la laisser s'échapper ; mais il ne faut pas compter exclusivement sur elle, au risque qu'elle vous lâche brutalement. Ne dédaignez pas vos véritables amis, et acceptez ce qu'ils vous offrent : leur écoute, leur non-jugement, leurs conseils, leur soutien... Ne dressez surtout pas de mur.

    Violence, drogue... autant d'impasses qui font de la vie un enfer dont on croit qu'il est impossible d'en sortir. Rien n'est impossible ; il faut être patient, avoir de la volonté, savoir se remettre en question et accepter l'aide apportée. Notre passé, mon passé fera toujours partie de moi ; il refait surface régulièrement, j'ai des coups de déprime, des idées noires, des envies de replonger. Mais je n'ai pas envie de foutre en l'air des années de reconstruction, car au final, c'est ça le plus dur. Tenir bon et survivre, pour l'instant, voilà mon leitmotiv.

    En vous souhaitant une agréable lecture...

  • Drôle d'amie

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • "Mes mains sont fatiguées,

    De toutes parts lacérées,

    C'en est trop de se débattre,

    Une descente quatre par quatre.

     

    Je tombe à travers le temps,

    Dans des fissures je m'endors,

    Je suis enterrée vivante,

    Fin de la chasse au trésor.

     

    Attirée vers le fond,

    Je sombre rapidement,

    Saccadée est ma respiration,

    Comment puis-je repartir au front ?

     

    J'ai un arsenal de costumes,

    Une palette de thèmes,

    Je me dupe moi-même,

    Doucement je me consume.

     

    Le temps, sur moi, n'a plus d'emprise,

    Une noyade émotionnelle qui me grise,

    Je cherche le chemin du retour,

    Qui ne sera pas dénué de détours."

     

    C'était le jour le plus long de ma vie,

    Je cherchais la lumière du soleil,

    Cette chaleur du pays des merveilles,

    Tel un navire cherche son phare,

    Pour s'échouer quelque part,

    Ce jour-là, la chance m'a souri.

     

    © Little Shadow


    3 commentaires
  • Mon esprit est un kaléidoscope, il pense trop vite,

    Les couleurs se troublent, mon passé se délite,

    La dernière erreur, le choix que j'ai fait,

    Je fixe le miroir, n'ayant que moi-même à blâmer.

     

    Parfois j'ai peur de mes pensées intérieures,

    Aucun endroit pour se cacher dans mon esprit,

    Mots sans aucun sens ? Mon coeur fait-il erreur ?

    J'ai peur de devoir réparer toute ma vie.

     

    J'essaie de capturer chaque moment,

    Comme il vient dans l'instant,

    J'enferme les souvenirs,

    Je les laisse me plomber de tirs.

     

    Quand l'espoir d'un nouveau jour s'efface,

    Je ne veux pas que la noirceur me fasse face,

    Ça me donne une raison de me battre,

    Je n'abandonnerai pas cette lutte âpre.

     

    Quand je serai vieille et ridée, ou autre état,

    J'aurais besoin que tu me dises,

    Que je n'ai pas perdu mon temps pour tout ça,

    Que je n'ai pas construit une tour de Pise.

     

    Tourne et retourne, insomnie maladive,

    Pas loin sont nos drogues curatives,

    Tu vois cela malgré toi,

    Mais tu ne peux rien y faire de là-bas.

     

    J'essaie de rester à la surface,

    Pourquoi c'est si long de guérir ?

    Je trompe le monde entier avec mes sourires,

    Peur de faire semblant pour toujours hélas...

     

    Les questions m'enserrent telles des ronces,

    Mais que s'est-il passé dans ta tête ?

    La douleur ne partira pas sans réponses,

    J'aurais pu les avoir il y a belle lurette...

     

    Quand l'espoir d'un nouveau jour s'efface,

    Je ne veux pas que la noirceur me fasse face,

    Ça me donne une raison de me battre,

    Je n'abandonnerai pas cette lutte âpre.

     

    Little Shadow


    4 commentaires
  • Les notes de musique s'écoulent,

    Les paroles réveillent des plaies,

    C'est ainsi que je roule,

    L'esprit plein de sombres pensées.

     

    Le film repasse dans ma tête,

    Cette intuition qui ne me quittait pas,

    Pourquoi étais-je partie là-bas ?

    Avec des "si", autrement serait la planète.

     

    J'ai tellement besoin de sa présence,

    Dans mes moments d'errance,

    J'ai froid entre ces quatre murs blancs,

    Mon cœur se meurt doucement.

     

    Rien ne dure pour toujours,

    Sauf peut-être l'amour,

    Même enfoui et enterré,

    A la peau il reste collé.

     

    Les regrets trépassent,

    Laissant cette ineffaçable trace,

    Celle d'un sentiment éternel,

    Que je subis sans mon essentielle.

     

    Little Shadow


    6 commentaires
  • Je ne pensais pas qu'on se retrouverait,

    Nos mondes sont si opposés,

    Ta perte ne serait alors qu'un leurre,

    Je prie pourtant pour la paix intérieure.

     

    "Bouleversée" n'est pas un mot assez fort,

    Pour planter ce sombre décor,

    Celui qui nous a plongés dans le néant,

    Où reprend-on le fil maintenant ?

     

    A tes funérailles manquait ma présence,

    Sur une photo mes yeux étaient braqués,

    En boucle résonnait "Tourniquet" d'Evanescence,

    Une âme torturée versus une âme apaisée.

     

    Tu reviens comme si de rien n'était,

    Es-tu ange ou bien démon ?

    Le temps, lui, ne s'est pas arrêté,

    Et sur mon cœur, tu pointes toujours ce canon.

     

    Je chancelle sur mon fil de funambule,

    Devrais-je sauter à ton cou,

    Percer cette barrière de bulles,

    Que l'amour s'engouffre dans ce trou ?

     

    J'ai fait des efforts pour t'enterrer,

    Tu déboules telle une avalanche,

    Tu essayes d'attraper mes branches,

    Je ne peux plus t'ouvrir cette porte fermée.

     

    "Je peux m'asseoir et te parler,

    Mais pas te forcer à m'écouter,

    Tu aurais voulu que je fasse attention,

    J'ai cru le faire, alors pardon.

     

    Je suis désolée que soit né cet amour,

    L'ultime point de non-retour,

    J'ai voulu t'épargner d'autres maux,

    Tu n'es pas un vulgaire domino.

     

    J'ai essayé de trouver des réponses,

    Dans cette poudre de la défonce,

    J'ai conduit doucement vers l'au-delà,

    Je vais te manquer quand je ne serai plus là.

     

    Pourquoi devrions-nous attendre si longtemps ?

    Mais ai-je vraiment le choix ?

    J'me suis tuée, moi et mes faux-pas,

    Mais je dois te laisser à la lumière du présent."

     

    Little Shadow


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique