• Je vais faire ici honneur à un TAG, celui de Clara D. En plus ça fait un p'tit moment que c'est paru, je prends enfin le temps de le faire. Voilà mes réponses aux questions :

    1. Qu'est-ce qui te rend heureux ?

    Les moments de partage avec mes amis, ma famille, ma moitié.

    2. Quels sont tes projets pour le blog ?

    Pas de projet particulier. Je continue, et on verra bien où ça me mène.

    3. Tes valeurs fondamentales ?

    L'honnêteté, la transparence, la franchise

    4. Quelles sont tes dernières lectures ?

    Les 3 tomes de la BD "Bienvenue".

    5. Ton dernier voyage ?

    Ma dernière sortie à l'étranger était à San Sebastian en Espagne.

    6. Le plat dont tu ne pourras jamais te passer ?

    Le pâté de pommes de terre

    7. Quels sont les articles que tu aimes le plus faire ?

    Les poèmes

    8. Quels sont les articles que tu aimes le plus lire ?

    J'aime les blogs personnels où les gens partagent diverses expériences, ou leurs passions.

    9. Quels sont tes youtubeurs favoris ?

    Léa Bordier

    10. Attends-tu quelque chose avec impatience ?

    On attend tous quelque chose, ça arrive, ça n'arrive pas. Parfois il faut forcer le destin.

    11. Cite un des livres qui t'a le plus marqué ?

    "Escort" de Sabrina

     

    Voilà c'est la fin. Je ne suis pas une spécialiste du tag, d'où je ne fais pas tourner. Mais c'est un honneur de l'être, la preuve en est que j'y réponds avec plaisir :)

     

    © Little Shadow


    votre commentaire
  • Profondeur abyssale

    C'était la goutte d'eau,

    Celle du dernier soubresaut,

    Sur une échelle de un à dix,

    Vingt en dessous des abysses.

     

    Il n'y a pas de mots pour décrire cela,

    Il a épuisé tous les mots du dictionnaire,

    Il ne souhaite à personne de vivre ça,

    Regarder son défilé vers le cimetière.

     

    Il y a des gens qui gravitent autour de lui,

    Pour eux, il veut briller comme le soleil qui luit,

    Mais la faucheuse veut prendre le pas,

    Il ne doit pas avoir sa place ici bas.

     

    Son cœur est accéléré en continu,

    Au moins, là-dessus, il reste assidu,

    Il bat pour qu'il voit leurs visages,

    Qu'ils ne s'effacent pas comme un mirage.

     

    Il les entends, mais ne les écoute point,

    Est-il possédé par l'esprit malin ?

    Il se déteste et s'enferme dans son malaise,

    La douleur et la souffrance prennent leurs aises.

     

    Il est aveugle, totalement,

    Il a perdu la vue à un certain moment,

    Mais lequel ? Il ne sait que répondre,

    Tournent les aiguilles de la montre.

     

    Le temps passe et il dégénère,

    Il inspire pitié autant que la misère,

    Il est transpercé de pulsions,

    Il cède finalement à l'impulsivité de ses démons.

     

    Il a envie de crever de sa honte,

    L'inutilité le dompte,

    A quoi bon vivre ?

    Si c'est pour les faire souffrir...

     

    © Little Shadow

    (tout sur l'image ICI)


    2 commentaires
  • Elle ne souhaite à personne de vivre ce qu'elle endure,

    Les douleurs de souffrances qui perdurent,

    Souffrance morale qui la plonge dans son néant,

    Souffrance physique qui décompte son temps.

     

    Un pincement dans un coeur chahuté,

    Une torsion dans une étroite cavité,

    L'oxygène devient parfois denrée rare,

    Faisant miroiter la mort et son étendard.

     

    Un tiraillement musculaire,

    Âme tiraillée par des pensées délétères,

    Déchirement en sursis,

    Elle se sent au bout de sa vie.

     

    Il paraît que la roue tourne,

    Elle a plutôt l'impression qu'elle se détourne,

    Elle reste dans un seul sens de rotation,

    Jusqu'à la tant attendue abdication.

     

    Plus rien à foutre de tout,

    Juste vivre sans barrière,

    Qu'importe d'être sans le sou,

    Elle veut être auréolée d'air.

     

    Des p'tits moments, comme ça, anodins,

    Qu'elle a envie de revivre demain ;

    Est-ce qu'elle va se réveiller,

    Ou sera-ce la fin de ce rêve éveillé ?

     

    © Little Shadow

     


    2 commentaires
  •  

    J'ai si froid à l'intérieur,

    La solitude et son air rieur,

    Difficile à la chaleur de se faire une place,

    Passage express, éphémère trace.

     

    Mes rêves s'éloignent dans la brume,

    La mort au bout de l'enclume,

    Toujours ma gorge est nouée,

    Masque au bord de se craqueler.

     

    C'est si mystérieux le pays des larmes,

    Ces perles salées qui déposent les armes,

    Une déferlante d'émotions enfouies,

    Symphonie fébrile de notre vie.

     

    Le poids d'une vague en moins, certes,

    Une mise à nu à perte,

    Car au final, rien ne change,

    Aucunement la chaleur ne se dérange.

     

    Cette dernière se laisse désirer,

    S'installe dans un climat de confiance,

    Pas dans un apaisement déguisé,

    Où la froideur se faufile par défiance.

     

    Mon cœur est gelé,

    Il ne fond pas aussi vite que les glaciers,

    Il a besoin de cette délivrance lacrymale,

    Les sentiments, ce n'est pas banal.

     

    Little Shadow

    (Musique : "So cold" de Hook)


    9 commentaires
  •  

    Dans cette chambre aux murs blancs,

    Lentement s'égrène le temps,

    Ces gouttes qui tombent régulièrement,

    Soi-disant pour purifier son sang.

     

    Elle est aux prises avec ses pensées,

    Sombre dilemme de la vie et de la mort,

    Avec du recul, ressasser le passé,

    Une vraie petite mine d'or.

     

    Le malaise l'envahit,

    Mais que fait-elle ici ?

    Elle voudrait pouvoir sortir de son corps,

    Être invisible des miradors.

     

    Elle essaye de faire bonne figure,

    Faire semblant que tout va bien,

    Le train file à toute allure,

    Verra-t-elle demain ?

     

    L'infirmière la fait sortir de sa bulle,

    Il fait un peu froid, elle remet son pull,

    En se relevant, un petit coup de mou,

    C'est mieux de partir bras dessus, bras dessous.

     

    Voilà, une nouvelle séance s'achève,

    L'issue, une éventuelle trêve,

    Rien n'efface réellement la douleur,

    Mais imaginer son absence fait perdurer la lueur.

     

    © Little Shadow

    (Musique : "Room 3327" de Gramatik)


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires