• Dans les couleurs pastel du printemps qui renaît,

    Sur le sable de mer où les châteaux se forment,

    Dans le roux de l’automne, sur les chemins jonchés,

    Le soleil dans l’été, les feuilles vertes dans les ormes,

    Et quand la neige en haut des cimes, nous émerveille,

    Nous inonde d’une lueur vermeil,

    Ma pensée, chaque fois, s’envole un peu vers toi.

    Ai-je eu raison ou tort dans le choix que j’ai fait ?

    J’ai beaucoup de remords, perles de larmes écoulées,

    Ton petit cœur trop souvent malmené,

    Cependant des bribes de bonheur ancrées et encrées,

    Çà et là dans un coin de nos âmes meurtries,

    Qu’il est toujours possible de transformer en nid douillet.

     

    J’ai la liberté de choix entre mes mains,

    Si je pouvais savoir comment je vais agir…

    J’aimerais que tu restes à veiller sur ma vie ;

    Je te demande conseil, jugement de mon destin,

    Toujours à faire des bêtises… Sauvetage vain…

    Je tombe dans mon propre piège, ma toile de mortelle fusion,

    Je te dis « Aide-moi » mais je ne veux pas que tu m’entendes,

    Sempiternelle rengaine qui nous met à l’amende.

    Si tu me reprends par la main, auras-tu assez de courage

    Pour m’emmener sur les bancs de l’école des sages ?

    Accepteras-tu de me montrer le chemin,

    Dans l’heure qui est présente,

    Dans celle qui va venir,

    Dans la minute absente où mon esprit délire,

    Dans la seconde après et celle d’avant…

     

    © Little Shadow


    2 commentaires
  • Tu es une œuvre d'art,

    Une étoile filante, my star,

    Qui illumine mon obscurité,

    Une chance qu'on se soit trouvé.

     

    Je ressens tes sentiments,

    Je voudrais ne pas en perdre le sommeil,

    Je ne peux pourtant ignorer ces moments,

    Alors je les mets en mode veille.

     

    Je ne peux t'aimer aujourd'hui,

    Ce serait pure folie,

    Je ne peux t'aimer demain,

    Même si liés sont nos destins.

     

    J'aime tes gestes tendres,

    Tu sais comment t'y prendre,

    Un conte de fées en action,

    Un océan de cœurs profonds.

     

    Les chapitres continuent de s'écrire,

    Et brûlent sans rougir,

    Tes yeux verts qui s'attachent,

    Je les délie sans relâche.

     

    Je ne peux t'aimer aujourd'hui,

    Je ne peux te dire oui,

    Je ne peux t'aimer demain,

    Amour enfermé dans un coffre d'airain.

     

    © Little Shadow


    5 commentaires
  • Tu es là, allongée près de moi,

    Je te regarde ; je ne dors pas,

    J'écoute le souffle de ta respiration,

    Douce et calme sensation.

     

    Je caresse ton épaule,

    Mes doigts te frôlent,

    Tu as un léger soubresaut,

    Mais ferme est ton repos.

     

    Je voudrais t'enlacer tendrement,

    Te prendre dans mes bras, simplement,

    Te murmurer des "je t'aime",

    Et te les écrire dans un poème.

     

    Je me contente de ces  gestes anodins,

    Qui pour toi ne sont sans doute rien,

    Je garde en moi ces moments à sens unique,

    Éléments d'un rêve idyllique.

     

    Je me retourne et ferme les yeux,

    L'amour qui m'envahit est si audacieux,

    Oserais-je un jour te l'avouer,

    Au lieu de me cacher derrière ma lâcheté ?

     

    Au petit matin, tu n'es plus là,

    Je suis seule dans ces draps froids,

    Putain non, je n'ai rien dit,

    Mes sentiments sont là, en sursis.

     

    Je me lève avec cette triste pensée,

    J'enfile mon masque d'impénétrable gaieté,

    Comme d'habitude j'ai rêvé

    Que tu étais encore à mes côtés.

     

    © LittleShadow


    6 commentaires
  • C'est réellement une petite bulle,

    Dans l'intimité d'un crépuscule,

    Une bulle tendre et veloutée,

    Palpitante, crémeuse et sucrée.

     

    Poison mielleux qui s'insinue doucement,

    Qui grignote délicieusement les veines,

    Les faisant palpiter au rythme de tambours battants,

    Comme par magie se brisent toutes les chaînes.

     

    Un son sourd et dur émane de l'âme,

    Comme si se préparait un drame,

    Mais comment ne pas se délecter

    De cette pénétrante électricité.

     

    Une chose sauvage, furieusement sensuelle,

    Fièvre et délire envahissent les sens,

    Ces flots sereins montent vers le ciel,

    Inondant le corps d'une joyeuse transe.

     

    L'âme quitte tendrement le corps,

    Un sorcier aurait-il jeté un sort ?

    La tête tourne et décolle,

    Au diable le temps et le sol.

     

    Cette tourmente n'a qu'un seul but :

    Dompter un jeune tigre brut

    Et en faire un chaton ronronnant,

    Qui viendra se lover amoureusement.

     

    Autre scénario du chaton qui fait des lambeaux

    Avec ce coeur qui y a cru jusqu'au bout,

    La pelote des minutes s'est déroulée dans le faux,

    Déplaçant cette chaleur dans un igloo.

     

    Les pauvres plaies recousues dans la douleur,

    Seront offertes au prochain prédateur

    Qui plantera ses griffes d'airain

    Au creux de mes reins.

     

    © LittleShadow


    2 commentaires
  • Ma bulle, c'est ma force,

    C'est ce qui consolide mon écorce,

    Ce sont des personnes importantes,

    Même si c'est en dilettante.

     

    Sur elles je peux compter,

    Vraie est la réciprocité,

    C'est la base de mon édifice,

    Le moteur de mon hélice.

     

    Ma bulle est un antre de diversité,

    Toute personne y est acceptée,

    Du moment que règne le respect,

    La déception étant toujours tout près.

     

    Il faut s'attendre à ce contrecoup,

    Quelque part se cache un loup,

    Le cent pour cent confiance

    Reste un concept sans substance.

     

    Mais je m'y sens bien dans cette bulle,

    Mes compagnons y virevoltent

    Telle une nuée de libellules,

    Jusqu'à reprendre leur plan de vol.

     

    © LittleShadow


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique