• Réflexions poétiques

    Des poèmes sur la société et ses contradictions et le marasme dans lequel elle nous pousse inexorablement... Je m'interroge, en attendant des actes concrets, des évolutions positives et non de simples mots qui s'envolent au travers de courants d'air...

  •  

    Tout commence par une chute,

    Survenue par uppercut,

    Ou tout simplement naturelle,

    Un air d'automne dans le ciel.

     

    A terre, sa vie semble finie,

    Mais lui est donné un dernier sursis,

    Un voyage au gré des vents,

    Une échappée qu'elle attend.

     

    Quelques centimètres d'abord,

    Et la voilà qui s'envole,

    Généreux coup du sort,

    Jusqu'à la prochaine escale au sol.

     

    Elle en aura vu des choses cette feuille,

    Elle pourrait écrire un recueil,

    Nous narrer les merveilles de la nature,

    Mais aussi ses points de suture.

     

    Elle est tellement fragile,

    Abîmée par nos esprits vils,

    Pourtant c'est notre oxygène,

    Un échappatoire contre la haine.

     

    © Little Shadow

    (musique : "The flying of a leaf" de Mattia Vlad Morleo)


    2 commentaires
  • Les gens ne sont pas aussi irremplaçables,

    Le temps les rend effaçables,

    Sans qu'on s'en rende vraiment compte,

    Jusqu'au jour où c'est la fin du conte.

     

    Plus flous deviennent les sourires,

    L'image se déforme, ça empire,

    La connexion a échouée,

    La chaîne est désormais cryptée.

     

    Le noir entrave la lumière,

    Nos pas résonnent dans le silence,

    On s'habitue à l'absence,

    Qui devient une ombre familière.

     

    On apprend à se résigner,

    Les gens, on ne peut les garder

    Pour toujours près de soi,

    C'est irraisonné et dérisoire.

     

    Tout le monde s'éloigne ou s'en va,

    Il faut apprendre à l'accepter,

    Petit à petit se détachent nos doigts,

    Une page vient de se tourner.

     

    Le temps fait à sa guise,

    Jusqu'à une nouvelle bise,

    Finalement grandir c'est, pour sûr,

    Aimer au présent et pas au futur.

     

    © Little Shadow


    6 commentaires
  • La vie, c’est pas un chemin tout tracé,

    Où tout se déroule sans anicroche,

    On risquerait même d’y glisser,

    A trop avoir les mains dans les poches.

     

    Jeune bourgeon de l’enfance,

    Les pas hésitants de l’innocence,

    Puis vient ce changement de cap,Fil discontinu

    Peut-être même un saut d’étape.

     

    Le bien et le mal livrent combat,

    Bon, mauvais, qui l’emportera ?

    Une dualité cohabitant en chacun de nous,

    Dont il faut savoir faire un atout.

     

    Il y a parfois des dérives,

    Des chutes qui nous éloignent de la rive,

    Difficile de nager à contre-courant,

    Quand on boit la tasse incessamment.

     

    Petit à petit la houle s’assagit,

    Elle refoule çà et là des débris,

    Qui appartiennent à la rivière du passé,

    Sur lesquels il est bon de tirer un trait.

     

    Notre passage sur Terre est éphémère,

    Le plus possible, on le souhaite ;

    Jeune bourgeon est devenu feuille en fête,

    Que le bonheur conservera au vert.

     

    Little Shadow (inspiré de mon dernier tatouage)


    4 commentaires
  • Terre en détresseL’élégance d’un chardonneret

    Dans cette nature malmenée,

    L’innocence d’un petit volatil

    Dans ce monde versatile.

     

    8 août, jour de dépassement,

    A partir duquel la Terre vivra à crédit,

    Malheureusement ce n’est pas inédit,

    Mais cette date avance au fil des ans.

     

    La nature n’a plus rien de naturel,

    On finit par la rendre artificielle,

    La course au progrès est pleinement lancée,

    On ne prend plus le temps de s’émerveiller.

     

    Alors elle finit par se venger,

    Avec ses crues dévastatrices,

    Ses tornades destructrices,

    De ce monde, elle veut nous chasser.

     

    Et dans toute cette agitation,

    Au milieu des fleurs de chardon,

    Un chardonneret se promène,

    Subissant ces phénomènes.

     

    Little Shadow (poème inspiré d'un tatouage de Dermopearl, cf photo-ci-dessus)


    2 commentaires
  • Que dire dans ces moments-là ?

    On aimerait que le silence soit roi,

    Les mots paraissent inutiles,

    Le sentiment d'être malhabile.

     

    L'impression de ne pas être vraiment là,

    Une attitude figée dans les gestes,

    Tous ces blocages qu'on déteste,

    Qui nous font sentir loin alors qu'on est là.

     

    On aurait envie de consoler,

    Mais on reste là, hébété,

    Un sentiment d'impuissance,

    Que ne peut combler une simple présence.

     

    Heureusement d'autres ont les armes,

    Pour sécher ces larmes,

    On se sent nul à côté,

    On sentirait presque des regards atterrés.

     

    Chaque être est différent face à la douleur,

    On ne finit pas tous en pleurs,

    On ne recherche pas forcément ce côté tactile,

    Cela ne veut pas dire qu'on est insensible.

     

    Une présence peut suffire dans le noir,

    Être là, c'est un signe fort,

    Se confondre en mots de réconfort,

    Une forme de mensonge pour bien se faire voir.

     

    Tout est là, dans le coeur,

    Se tenir la main par les émotions,

    Aller quelque part avec conviction,

    Retrouver la clé égarée du bonheur.

     

    Little Shadow


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique