• Traversée du désert

     

    Je suis seule dans le noir, allongée sur mon canapé. Je ne sais même plus si mes yeux sont ouverts ou fermés. N'avoir aucun repère où les poser. L'angoisse du doute, ce tiraillement incessant de l'indécision, de la confiance perdue, si tant est qu'elle ait déjà été présente. Des promesses au goût d'espérance qui sont tombées dans le tourbillon de la désillusion.

    Je navigue sur une mer de soumission, la tempête rébellion souffle à l'intérieur, sans savoir comment s'échapper. La violence de ma colère, de ma souffrance, me consume ; les cendres éteignent les dernières braises. Avancer d'un pas et reculer de trois pour ensuite faire du sur place. Je me sens entraînée vers le fond, de la surface ne me parvient plus aucun son.

    A l'horizon se profile toujours cette longue errance où chaque porte de sortie est une voie sans issue. Je voudrais pouvoir de nouveau respirer, ne pas avoir à me soucier d'hier, ne pas me laisser submerger par l'indifférence. Je ne sais pas, je ne sais plus. Tout est confus, je me retourne et aucun caillou de semé, empreintes effacées. Mon fil d'Ariane s'est délité ; j'ai essayé de le rabibocher mais je n'ai plus la force de serrer les noeuds. Ça passe un temps et ça casse ; je laisse alors le vent disperser ces bribes de vie, dont je cherche encore et toujours le sens.

     

    © Little Shadow

    (Musique : "Réalité" de Silence)

    « Je cours dans le noirPensées du 2 avril »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :