• Petits pas arbitraires

    La route des galères,

    C’est loin d’être une chimère,

    Besoin de prendre l’air,

    Sortir de cette atmosphère délétère.

     

    Je ne crois pas en Dieu le Père,

    Mais je lui adresse des prières,

    Qu’il m’explique mon utilité sur Terre,

    L’intérêt de vivre de perpétuels calvaires.

     

    Je suis coincée derrière une verrière,

    Mes yeux en sont devenus de verre,

    Mon cœur s’est durci telle une pierre,

    Je prends racine dans les artères de mon désert.

     

    De mon armure je suis prisonnière,

    Le temps, lui, s’accélère,

    S’ensuit une lutte irrégulière,

    Qui me mène tout droit dans la poudrière.

     

    Entravée par une multitude de barrières,

    Je reste constamment sur mes arrières,

    Je suis pourtant sortie de mes travers,

    Mais de nouvelles chaînes m’enserrent.

     

    J’essaie de profiter de ces p’tits moments éphémères,

    Ceux dans lesquels notre personne est entière,

    Où elle n’oscille pas entre le sombre et le clair,

    Ces moments où j’ai choisi de laisser entrer la lumière.

     

    © LittleShadow

    « Marraine de coeurLe bon l'emporte »

  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Avril à 12:19

    Magnifique poème sur les contradictions, les doutes qui nous emprisonnent, mais aussi sur les moments d'espoir qui peut-être nous aideront à nous libérer de nos chaînes.

    J'aime beaucoup.

    2
    Mercredi 10 Avril à 11:33

    Je rejoins l'avis d'Eymèle.
    Et que de fragilité et de doutes derrière les mots !

    Décidément, tu m'auras fait faire le plein d'émotions ce matin.

      • Dimanche 14 Avril à 10:12

        Merci beaucoup, je suis touchée

    3
    Lundi 6 Mai à 15:55

    C'est un poème qui vous touche. une de mes correspondantes me disait : je suis enfermée dans une cage de verre dont j'ai perdu la clef. mais on finit par en sortir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :