• Je cours dans le noir

     

    Parfois, je me dis que j'aurais préféré ne jamais te connaître, ne pas te remarquer, ne pas tomber sous ton charme. J'aurais voulu que mon cœur reste insensible, comme à son habitude. Tout aurait été tellement plus simple. Je ressens un manque perpétuel de toi ; j'ai l'impression de perdre la raison. Un vide s'est installé, et je vis à son bord. Comment puis-je en venir à penser cela ? Alors que j'ai tout vécu avec toi, sauf le principal.

    Ta présence me manque, tes rêveries me manquent, ta voix me manque, tes confidences me manquent, ta fragilité, tes joies, tes peines, ta franchise, tes coups de gueule... Tout me manque. Je me sens si responsable de ta disparition. Oui on pourrait refaire le monde avec des "si". Et c'est justement cette absence de réponse qui reste en suspens qui fait si mal. Cet infime espoir que tout aurait pu être différent et le cours de nos vies chamboulé.

    Tu as réveillé en moi un monde de sentiments qui se terrait au plus profond de mon âme. Tu as su faire primer l'ange sur le démon. Je n'ai pas su quoi faire, tu n'auras pas eu la patience d'attendre... Et si c'était simplement ça qui te manquait, la preuve que ton amour à toi n'était pas vain, qu'il suffisait que je te le dise, qu'il aurait suffi que je te le montre...

    Aujourd'hui, il est toujours là, noyé dans un océan de mélancolie, dans cet air triste qui plane dans mon regard. Et c'était à moi de faire ce pas, de te tendre cette flamme amoureuse qui aurait brûlé celle de ton enfer. Ta mort est ma punition pour la vie. Dans mes rêves, je cours te rejoindre ; mais je cours seulement dans le noir.

     

    © Little Shadow

    (Musique : Nadine Khouri "I ran thru the dark")

    « "La différence invisible" de Mlle Caroline & Julie DachezTraversée du désert »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Mars à 08:45

    C'est tout à fait normal de culpabiliser dans ce genre de situation, mais il me semble que tu te charges d'un fardeau bien trop lourd. Tu n'est pas la seule responsable de ce qui s'est passé, et il ne faut pas le vivre comme une punition. Ce n'est certainement pas ce que la personne que tu as aimée aurait voulu. Tu es quelqu'un de bien, ne te laisse pas submerger pas toutes ces pensées négatives. Tu as vécu quelque chose de beau et de fort, et c'est une grande chance.

    Amitiés.

      • Jeudi 30 Mars à 19:15

        Je sais que tu as raison Eymèle. Il y a des moments où on croit que c'est fini, que la page est tournée, que la cicatrice ne saigne plus. Et parfois tout revient en pleine face, sans prévenir, et dans ces cas-là, je me sens démunie.

        En tous cas tes mots me font du bien, et j'en avais bien besoin.

        Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :