• Confinement forcé

    Le temps passe, monotone,

    Mon humeur est plutôt morne,

    Mise sur le carreau sans ménagement,

    Par souci d'économie, soi disant,

    Flotte davantage un air de punition,

    Envers ceux qui ont une trop forte diction.

    Peut-être l'avant-goût d'une purge définitive,

    Commence ainsi le décompte d'une attente passive.

     

    Les privilégiés, on les reconnaît,

    Quelle que soit l'ère, ce sont les mêmes,

    Ceux qui, à tout, disent amen,

    Ceux qui aiment être consciemment manipulés.

    Les fameux "indispensables",

    Sans qui rien ne serait réalisable.

    Et le comble de la logique made in Centrair,

    On garde les prestataires au détriment des titulaires.

     

    Ainsi débute mon confinement,

    Trois mois et demi d'inactivité,

    Après l'attendu déconfinement,

    Une amertume difficile à cacher,

    Face aux injustices d'inégalité.

     

    © Little Shadow

     

    « Instant pensifSous le signe de l'audace »

  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Mai à 16:14

    Il y a effectivement de quoi être complètement démoralisée!

    Courage! 

      • Lundi 18 Mai à 10:06

        Merci. Heureusement le soleil réchauffe le coeur ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :